• Amélie Gauthier

La récupération dans un contexte d’entrainement


J’ai une clientèle majoritairement sportive, surtout des athlètes amateurs, des athlètes du dimanche comme je les appelle. Certains suivent des programmes d’entrainement spécifiques, d’autres s’entrainent au gré de leur ressenti et comme ça leur adonne. Je remarque de plus en plus une récurrence chez mes chers athlètes amateurs. Voulant s’améliorer à tout prix, il arrive plus souvent qu’autrement qu’ils délaissent un facteur CLÉ dans la réussite d’un bon entrainement, soit la RÉCUPÉRATION. Ils mettent cet aspect de côté pour des raisons différentes, mais toute aussi mauvaise (lol ! Désolée gang ! ). Que ce soit parce qu‘ils ne ressentent pas le besoin de prendre une pause, pour garder un volume d’entrainement élevé, pour reprendre les dernières semaines où ils ce sont moins entrainés, parce qu’il fait beau et il faut en profiter,... Et ce n’est sans surprise qu’ils arrivent sur ma table de massage en me disant qu’ils ont une douleur à tel endroit ou un nouveau bobo qui ne s’était jamais présenté. Alors, voilà, démystifions une bonne fois pour toute l’aspect de la récupération dans une phase d’entrainement afin d’aider mes clients, mais aussi tous les autres athlètes du dimanche, à améliorer leur entrainement.


Qu’est-ce que la récupération dans un contexte d’entrainement ?

La récupération est en fait l‘adaptation aux charges. C’est un processus où on donne la chance au corps de s’adapter au stress que nous lui avons imposé dans nos entrainements. Ce stress se présente par un stress externe, soit le stress mécanique (ex : courir) et le stress interne, soit la réponse au stress externe (ex : endurance, force, fatigue, amplitude de mouvements,)


Afin d’obtenir un résultat efficace dans un processus d’entrainement, il est primordial d‘offrir des périodres de récupération à notre corps afin que celui-ci puisse s’adapter. Cette pause bien méritée lui permettra, par exemple, de réparer les tissus. Bref, dans un processus d’entrainement, ce qu’il faut toujours garder en tête c’est d’abord d’écouter sa fatigue physique, physiologique et mentale. (La base quoi !) Et, qu’on soit fatigué ou non, il est primordial de bien dormir au quotidien (On devrait avoir des nuits de sommeil qui varient entre 7 et 9 heures).


Éviter le désentrainement

L’entrainement permet, en autre, de réduire le risque de blessures, mais il y a un seuil à respecter pour ne pas tomber du côté du désentrainement. Et, généralement, le désentrainement s’installe lorsque nous sommes ... FATIGUÉS ! Le désentrainement c’est le moment où nous avons l’impression que les séances d’entrainement ne sont plus efficaces, que nous avons atteint un plateau et que nous stagnions et même, nous remarquons une régression de nos acquis. C’est souvent à ce moment où s’installe une série de mauvaises décisions qui vous mènera sur ma table :


1- Tu es fatigué.

2- Tu t’entraines quand même car c’est inscrit sur le plan et tu as un objectif à atteindre.

3- Tu es encore plus fatigué, tu dors mal et lorsque tu termines un entrainement, tu as la langue à terre.

4- Mais au lieu de prendre une petite pause, tu continues ... car tu ne veux pas perdre ces semaines d’entrainement, tu ne veux pas régresser,

5- Mais tu remarques que tu ne progresses plus... Donc ! C’est probablement que tu ne t’entraines pas assez fort.

6- Tu t’entraines alors plus fort !

7- Et tu découvres une nouvelle douleur qui te nuit.

8- Tu m’appelles et tu prends rendez-vous parce que tu as mal et que tu ne peux plus t’entrainer, (C’est la seule bonne décision que tu as prise dans tout ce processus lol)


Tout cette séquence aurait clairement pu être éviter si, à la base, tu avais écouté ton corps et que tu avais une pause n’est-ce pas ? ;)


Afin d’éviter de tomber dans la fatigue, l’épuisement et le désentrainement, voici 4 petits conseils à appliquer tout au long de l’année :

1- Tu dois dormir suffisamment TOUTES LES NUITS

2- Tu dois avoir 1 journée par semaine de repos (Si tu es un coureur et que, lors de la journée de repos, tu fais 100km de vélo ... CE N’EST PAS DU REPOS !!!)

3- Tu dois prévoir 1 semaine par mois plus tranquille.

4- Tu dois aussi prévoir 1 mois par année plus mollo (Moi j’aime bien prendre ça mollo en décembre... On se sent moins coupable de ne pas s’entrainement pendant le temps des fêtes lol)


Bref ! La récupération ce n’est pas sorcier, tout passe par l’écoute ;) !





Des capsules d’auto massage pour vous aider dans votre récupération juste ICI




J'ai grandement apprécié cette 1ère rencontre avec Amélie! J'ai reçu un accueil courtois et chaleureux (malgré les mesures COVID-19), elle m'a aisément su me mettre en confiance dès les premières minutes, met tout de suite en confiance, est à l'écoute et répond à nos questions, les explications données sont claires, attitude très professionnelle te respectueuse, les effets bénéfiques ressentis n'otpas tardés à se faire sentir!

- Michelle

CONTACTEZ-MOI

SITUEZ-MOI

Clinique de masso-kinésithérapie

Lebourgneuf

725 boul. Lebourgneuf, suite 310

Québec, Qc G2J 1S1

Clinique PCN Beauport

2850 avenue St-David, suite 210

Québec, Qc G1C 5W2